Visas refusés pour des imams étrangers venant prêcher dans des mosquées non reconnues

Publication · Mis à jour

Le Conseil du Contentieux des Étrangers a donné raison au secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) qui refuse de délivrer un visa de longue durée à des imams étrangers venant prêcher dans des mosquées non reconnues.
La raison invoquée est que l’état n’a pas de contrôle sur les mosquées non reconnues. Celles qui veulent être reconnues doivent se soumettre à une enquête poussée de la Sûreté de l’État. Sans le feu vert des services de renseignement, les mosquées ne reçoivent pas de reconnaissance.

Les mosquées reconnues ont droit à des subsides et l’imam reçoit un salaire et une pension. Theo Francken estime que les mosquées qui ne souhaitent pas être reconnues, ne souhaitent pas qu’on vienne enquêter sur elles.

Il a déjà refusé cette année de délivrer un visa à douze imams, tous originaires de Turquie, parce qu’ils veulent prêcher dans des mosquées non reconnues. L’année dernière il avait refusé des visas à 13 imams jugés radicaux qui venaient prêcher à l’occasion du mois de Ramadan

Selon le Conseil du Contentieux des Étrangers, la liberté religieuse n’est pas enfreinte parce que les imams se trouvent à l’étranger et ne tombent donc pas sous l’autorité de l’État belge.

Les imams peuvent encore aller devant le Conseil d’État et une fois que tous les recours nationaux auront été épuisés, ils pourront combattre la décision devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

!! Attention !! Si ce post concerne une activité, celle-ci a déjà eu lieu. Elle n'est donc plus d'actualité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *