L’Exécutif des Musulmans de Belgique suspend l’imam de la mosquée Al Ihsaan de Louvain

Publication · Mis à jour


(photo : intérieur de la mosquée Al-Ihsaan)

L’Exécutif des Musulmans de Belgique a suspendu l’imam auxiliaire de la mosquée al Ihsaan située à Louvain. L’imam a été suspendu suite à des paroles tenues lors d’un sermon du vendredi où il avait évoqué la possibilité pour l’homme de «frapper légèrement sa femme avec un miswak si celle-ci se comporte mal».

L’imam avait prononcé ces paroles durant un sermon en novembre 2016, il y a pratiquement un an. La mosquée al Ihsaan publie hebdomadairement le contenu du sermon du vendredi sur son site web. Suite à un article de presse paru il y a quelques jours dans un journal néerlandophone, l’Exécutif des Musulmans de Belgique en concertation avec le Conseil des Théologiens a décidé de réagir en suspendant préventivement cet imam. La mosquée al Ihsaan de Louvain est une mosquée reconnue et elle est donc sous la responsabilité de l’EMB.

Le Timing

Pourquoi une parole «sortie de son contexte» dans un sermon publié il y a un an, refait surface aujourd’hui ? On va vous donnez une explication qui nous semble cohérente.

En Flandres, la semaine dernière une conférence a eu lieu à Genk avec un ancien rappeur repenti, nommé Abid Tounsi et un ancien joueur de foot en salle professionnel qui fait de la prédication depuis des années, Ali Houri, surnommé Al Khattab. Une chaine de télévision néerlandaise avait consacré un reportage à cette conférence et pour faire le buzz avait sorti quelques phrases de leurs contextes et résumé l’évènement en 3 phrases :

– L’organisation avait séparé les hommes et les femmes.
– Abid Tounsi avait conseillé aux jeunes de ne plus écouter de la musique.
– Al Khattab avait conseillé aux jeunes de ne pas fréquenter des endroits où il y avait de l’alcool.

Il n’en a pas fallu plus pour que des politiciens avec à leur tête Zuhal Demir (N-VA) en profite pour se mettre dans les feux des projecteurs en cassant du sucre sur les musulmans et en se faisant les porte-paroles d’un soi-disant « vivre-ensemble »

L’argent, le nerf de la guerre

Quand les responsables de la ville d’Anvers ont découvert qu’Al Khattab donnait des cours depuis des mois sur la vie du Prophète (saw) dans une salle communale, ils ont annulé ces cours. Les politiciens de la ville, teintée N-VA, n’acceptaient pas que des subsides peuvent servir à donner la parole à une personne comme Al Khattab qui conseille aux jeunes de ne pas fréquenter des endroits où il y a de l’alcool.
Puis, des journalistes à la recherche du buzz, ce sont dit, faudrait qu’on voit ce qui se dit dans des mosquées reconnues, parce qu’elles reçoivent aussi des subsides de l’état. Et c’est comme ça qu’ils sont tombés sur ce sermon datant d’il y a un an.

Maintenant des politiciens, qui n’oublient pas les élections qui approchent, montent au créneau pour ne plus subsidier ou de réduire les subsides des mosquées reconnues. Ces histoires seront aussi un argument de plus pour bloquer les dossiers en cours de plusieurs mosquées en vue de reconnaissance. Cette histoire servira aussi tous ceux qui veulent voir émerger un « Islam de Belgique ».

Pour le musulman lambda, cette histoire servira encore à ternir son image et à alimenter l’islamophobie ambiante.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lemzamzam dit :

    On nie pas notre religion pour plaire à l’état et recevoir de l’argent. Que serre une mosquée ne pas basé sur la sincèrité. L’imam a cité un hadith de NOTRE PROPHÈTE SWS qui es sahih et authentique. Alors pourquoi le suspendre ? ?? Pour plaire à la NVA???? Honte à ce fameux exécutif qui ne représente pas les musulmans de la Belgique. Soyant juste avec la confiance en allah. C’est allah qui donne et allah qui prend.

  2. ibrahim dit :

    salam alaykoum,

    Dorénavent je ne prierai plus dans les mosquées reconnues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *